Ces nouveaux amendements qui ont été intégrés depuis le 2 octobre dernier dans les règlements généraux du CNG affirment que «le lutteur peut être accompagné par d’autres membres de sa structure».

Dans un autre registre, les responsables de la lutte veulent assainir l’enceinte qui est souvent encombrée par les accompagnateurs des lutteurs qui sont en lice. À ce niveau, l’équipe d’Alioune Sarr se veut claire :«Après les «touss» des lutteurs du grand combat, aucun lutteur de combat préliminaire ne sera autorisé à effectuer son «touss».

Toujours selon le document,«tout accompagnateur doit être identifié dans le lieu de compétition». Aussi, le texte juridique fait savoir que «les accompagnateurs seront identifiés par des signes distinctifs qui seront précisés ultérieurement».

Répondre

Veuillez entrer votre commentaire
Entrez votre nom ici