La sentence est tombée. Le lutteur Lac de Guiers 2, après ses attaques contre le CNG suite à sa défaite du dimanche 28 janvier 2018 au stade Léopold Sédar Senghor, a été suspendu un an ferme. Il ne renouera son nguimb qu’au mois de mars 2019.

Au lendemain de sa défaite contre Modou Lô le dimanche 28 janvier 2018 au stade Léopold Sédar Senghor, Lac de Guiers 2 n’avait pas manqué de cracher ses quatre vérités dans nos colonnes, en ces termes : «Ce qu’il y a, c’est que certains ne me digèrent pas dans l’arène. Parce qu’ils sont convaincus que je vais leur mener la vie dure. Ils étaient nombreux à souhaiter ma chute. Qu’on arrête le favoritisme ! Lamb ji dafa salté (l’arène est sale). Je n’ai pas lutté contre Modou Lô mais contre le gouvernement. Les autorités y compris. Le combat, c’était tous contre Lac 2. Du jamais vu, ils ont pris mes 7 millions FCFA. Un argent que j’ai gagné à la sueur de mon front. Je ne le leur pardonnerai jamais. Je dis bien jamais». Entendu le samedi 3 mars 2018 dans la matinée, avant son dernier face-à-face avec Modou Lô à la Place du Souvenir, le Puncheur du Walo a subi la sanction du CNG. Après avoir été savonné par l’instance dirigeante de la lutte, Lac 2, qui était en compagnie de son manager Mouhamed Ali et d’un représentant du président de l’écurie, s’était bien excusé.   Mais  c’était sans compter avec les membres du CNG qui voulaient donner un signal fort aux lutteurs qui seraient tentés de l’imiter, en le suspendant pour une durée d’une année ferme. Il ne retrouvera la compétition qu’au mois de mars 2019. Un coup dur pour Lac 2 et l’écurie Walo.

 Franc, Gora Sock, Sokh avertis

Le sabre du CNG n’a pas seulement coupé la tête de Lac de Guiers 2. Trois autres lutteurs, à savoir Gora Sock, Franc et Sokh étaient aussi dans le viseur du CNG. Ils ont été avertis pour s’être affichés avec Modou Lô et Ama Baldé lors de leur confrontation du 17 février, alors qu’ils ne partagent pas la même écurie. Gora Sock et Franc, qui sont de l’écurie Parcelles Mbollo, se sont affichés avec Modou Lô de l’écurie Rock Energie ; tandis que Sokh de Xam Sa Cossan était avec Ama Baldé de l’écurie Falaye Baldé.

Par contre, Eumeu Sène n’a pas été convoqué ni entendu par l’instance dirigeante de la lutte malgré sa présence le 17 février au stade Senghor lors de la confrontation entre Ama Baldé et Papa Sow. Il s’était juste contenté de danser sans toucher Ama Baldé.

Abou NDOUR et Iba KANE

Sunu Lamb n° 3648 du 13 mars 2018

Répondre

Veuillez entrer votre commentaire
Entrez votre nom ici