Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise
www.arenebi.com

3 questions à DOMINIQUE CHEVÉ, AUTEUR DU LIVRE "CORPS EN LUTTE, L'ART DU COMBAT AU SÉNÉGAL" «Faire sortir la complexité de ce phénomène, sa force au Sénégal, sa puissance»


Auteur de «Corps en lutte, l'art du combat au Sénégal», Dominique Chevé répond à nos questions. Elle revient sur les motivations de la production de cet ouvrage et aborde également les grandes lignes de ce livre qui traite de la lutte sénégalaise.

3 questions à DOMINIQUE CHEVÉ, AUTEUR DU LIVRE "CORPS EN LUTTE, L'ART DU COMBAT AU SÉNÉGAL" «Faire sortir la complexité de ce phénomène, sa force au Sénégal, sa puissance»
Qui êtes-vous ?
Je m'appelle Dominique Chevé. Anthropologue, je suis chercheur à l’UFR 7268 de Marseille. Depuis quelques années, je dirige un projet qui s'appelle corps en lutte au Sénégal. Ce projet a donné lieu à des travaux de recherches de terrain dans les écuries avec les lutteurs, tous les acteurs de la lutte. Ne connaissant rien de la lutte, je ne pouvais pas ne pas m'entourer d'éminents collègues spécialistes qui connaissaient bien la lutte. On a travaillé en équipe, une équipe pluridisciplinaire, des anthropologues, sociologues, ethnologues, des philosophes... Ce travail, au bout de trois ans, a donné lieu à un ouvrage qui est publié au CNRS Éditions, l'art du combat au Sénégal. Cet ouvrage a pour objet une étude scientifique de la lutte mais aussi de donner la parole à des acteurs de la lutte, des lutteurs, des managers, des responsables d'écuries. À ce titre, je voudrais remercier les acteurs de la lutte, toutes les écuries qui nous ont permis de travailler et bien évidement le CNG de lutte en la personne du président Alioune Sarr sans lesquels on ne peut rien faire de sérieux dans la lutte. 
 
Pourquoi avez-vous senti la nécessité de produire cet ouvrage ? 
Ce qui a suscité la production d'un tel ouvrage, paradoxalement, je pense que tout le monde le sait. C'est un phénomène très important au Sénégal. Un phénomène social très important, complexe, qui prend ses racines dans la tradition sénégalaise qui, en même temps, prend aujourd'hui des formes très ouvertes à la médiatisation, à la modernisation avec ces grands combats de lutte organisés. Avec des lutteurs qui deviennent des leaders. Il y avait des études qui étaient faites à l’INSEPS avec des étudiants et enseignants. Il n'y avait pas un ouvrage scientifique qui rendait public, qui donnait une visibilité à ce phénomène. Voilà pourquoi cela nous est apparu comme une nécessité qu'il y ait un ouvrage scientifique qui pose les premiers pas de ces travaux sur la lutte. Ce n'est qu'un début, ce n'est absolument pas complet, ce n'est pas exhaustif et j'espère pouvoir passer le relais à de jeunes chercheurs qui font partie de l'équipe et sont exceptionnels sur ce plan-là. L'étude vise à faire sortir la complexité de ce phénomène, sa force au Sénégal, sa puissance. C'est un sport mais c'est également beaucoup plus qu'un sport, une vraie pratique sociale totale comme le disent les anthropologues. C'est comme un prisme de lecture de la société sénégalaise. En étudiant la lutte, on comprend mieux comment fonctionne la société sénégalaise, ses pratiques corporelles, ses croyances, etc.
 
Quelles sont les grandes lignes de ce livre ?
Cet ouvrage est divisé en trois gros chapitres. Une première partie qui porte davantage sur la lutte comme sport, les techniques sportives, les entraînements. Une deuxième partie qui porte sur la lutte comme phénomène social, juridique, politique avec des aspects économiques, c'est-à-dire l'arène de lutte comme un milieu social. Une troisième partie qui porte sur les aspects de sens, de symboles, de traditions, de poésies qui sont portés dans cette pratique corporelle qui est, encore une fois, extrêmement complexe, riche au Sénégal.
Aïssatou FAYE
Source : Sunu Lamb n° 2556 du 19 juillet 2014
 



Cliquez ici pour toutes les news en bref



Recherche sur arenebi