Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise
www.arenebi.com

ABDOULAYE MAKHTAR DIOP SUR LA SORTIE DES LUTTEURS EN ACTIVITÉ : “La réaction contre les sanctions est significative d’un état d’indiscipline”

Peine perdue pour les détracteurs du Comité National de Gestion (CNG) de la lutte. Le ministre des Sports, Abdoulaye Makhtar Diop, a reçu le CNG samedi matin et se dit totalement en phase avec la structure sur sa manière de gérer la lutte. Le CNG a remis au ministre le rapport financier qui sera publié incessamment.


Le ministre des Sports, Abdoulaye Makhtar Diop, a sifflé la fin de la très bruyante récréation qu’a récemment connu le monde de la lutte, avec des attaques tous azimuts contre le Comité National de Gestion de la lutte. Samedi dernier, lors de l’audience qu’il a accordée à Alioune Sarr et son équipe, le ministre a demandé au CNG de “rouler tranquille”. Très attendu sur le débat suscité par la sortie de l’association des lutteurs en activité contre les sanctions, le ministre n’a pas esquivé. Sur ce point, il est totalement en phase avec le CNG. “Si nous voulons que de grands sponsors internationaux s’intéressent à la lutte, il faut que nous ayons un chronogramme que l’on respecte. Aujourd’hui, le chronogramme de la lutte est chahuté par des pratiques regrettables que nous constatons. Il est de l’intérêt des écuries et des écoles de lutte de mieux s’organiser pour que la ponctualité, le chronogramme arrêté par les commissions des arbitres  ou autres soient respectés. La réaction contre les sanctions est significative d’un état d’indiscipline”, a dit Abdoulaye Makhtar Diop.
 
Abdoulaye Makhtar Diop qui s’interroge : “Comment peut-on dire : je pratique un sport, mais ne me sanctionnez pas. Cela veut dire qu’à priori, il commet une faute. Or, à priori, pour un sportif, la faute, c’est l’exception”. De ce point de vue, le ministre se veut clair : “Ce que fait le CNG doit être accepté par tout l’environnement”.
 
La “lettre d’habilitation” pour bannir les conflits contractuels
Par ailleurs, le ministre a proposé au CNG une formule pour résoudre les problèmes liés aux contrats entre les lutteurs et les promoteurs, comme on en a récemment connu entre le lutteur Eumeu Sène et les promoteurs Gaston Mbengue et Luc Nicolaï. Le ministre propose une lettre d’habilitation à cet effet. “Il faut créer une lettre d’habilitation qui dit que X, responsable de l’écurie Y, habilite  Z à signer pour la saison 2011-2012 tous les contrats des lutteurs de mon écurie, à percevoir les avances, et ceci en présence d’une autorité déléguée par le CNG. Toute opération faite en dehors de ce cadre est nulle et non avenue. Et l’avance doit être remise au CNG, à charge pour lui de la remettre au bénéficiaire. Le CNG est investi de prérogatives de puissance publique du fait de la délégation de pouvoir”, renseigne M. Diop. Quant au CNG, il étudie cette formule.
 
La lutte ne peut être érigée en fédération
Les amateurs qui espéraient voir la gestion administrative de la lutte passer du CNG à une fédération peuvent déchanter. De l’avis d’Abdoulaye Makhtar Diop, “la lutte ne peut pas être érigée en fédération. Ce débat ne trouvera jamais un écho favorable auprès de moi. Les textes qui érigent une fédération sont très clairs. Pour créer une fédération, il faut des districts dans les arrondissements. Avec l’ensemble des districts d’une région, on crée une ligue. Et avec les ligues, une fédération. La lutte avec frappe ne remplit pas ces conditions. La structure qui gère la lutte (CNG) n’est pas une structure d’exception. C’est une structure qui a son genre propre dans le dispositif législatif général. C’est ainsi que la lutte avec frappe sera gérée au Sénégal tant que les choses seront en l’état. Il faut que tout le monde l’accepte. Si maintenant, la lutte olympique évolue, il faudra détacher cette forme de lutte de la mission du CNG”, souligne le ministre d’Etat. L’érection du CNG en fédération était une proposition de l’ex-ministre des Sports, Faustin Diatta.
 
L’arène nationale à Demba Diop
La question de l’arène nationale est aussi revenue dans les débats. Mais le ministre reste inflexible et maintient sa position de transformer le stade Demba Diop en arène nationale. Il a même demandé à ses collaborateurs de lui fournir des informations précises sur le nombre de combats de lutte organisés à Demba Diop depuis deux ans, pour convaincre l’Assemblée Nationale de la pertinence de son idée. “Pour faire de Demba Diop une arène, on n’a pas besoin de débourser un franc. En faisant de Demba Diop une arène nationale, nous allons gagner trois choses : nous allons gagner du temps. Ensuite, les Navétanes vont l’utiliser, donc ce n’est pas perdu pour le football. Troisièmement, la petite catégorie (football) y joue jeudi, samedi et dimanche matin. Pendant ce temps, si nous trouvons 2 milliards, nous allons faire d’Iba Mar Diop, le deuxième stade de football de Dakar, avec une capacité de 15 000 places. Iba Mar Diop coûte moins cher parce qu’il n’y a aucun investissement à faire pour les infrastructures. Là où on veut ériger l’arène (Technopole), on n’est pas sûr que les phénomènes de capillarité seront réglés du fait de la nature même du sol”.
 
Les engagements du ministre
Le ministre a pris des engagements pour la lutte. Il a notamment promis le financement de la lutte sans frappe, de la lutte olympique à partir du plan programme, la mise en place du centre médico-sportif pour la lutte contre le dopage dans l’arène et la construction de l’arène nationale. Une grande rencontre est prévue le 3 décembre entre le ministre, le CNG et les parties prenantes de la lutte,  pour tracer la feuille de route.
Idrissa SANÉ
Source : L’OBS N°2443 du 14 novembre 2011



Cliquez ici pour toutes les news en bref



Recherche sur arenebi







Toute l'actu ci Lambji Lutte Sénégalaise chaque jour, des exclusivités sur Balla Gaye 2, Modou LO, Gris Bordeaux, Eumeu Séne, Bombardier, Ama Baldé, Papa Sow, Yekini etc. Restez informé en suivant LUTTETV.COM