www.arenebi.com



BISMI NDOYE, CHEF DE FILE DE L'ÉCURIE «LES DIAMBARS DE DAKAR» «Sa Cadior ne peut pas me secouer»


BISMI NDOYE, CHEF DE FILE DE L'ÉCURIE «LES DIAMBARS DE DAKAR» «Sa Cadior ne peut pas me secouer»
Mastodonte difficile à manœuvrer, Bismi Ndoye avait résisté à la défaite durant 7 ans avant de céder devant les coups de poing ravageurs d'Elton (Ecole de lutte Balla Gaye), au stade omnisport de Bercy (Paris), le 8 juin 2013. Depuis lors, le bulldozer n'est pas descendu sur le terrain. Bismi Ndoye qui a quitté entre-temps l'écurie Soumbédioune pour créer sa propre formation «Les Diambars de Dakar» veut revenir en force le 1er mars prochain devant Sa Cadior (écurie Mor Fadam).
 
Entretien
 
Vous vous êtes fait rare depuis votre défaite du 8 juin 2013 devant Elton à Bercy. Qu'est-ce qui s'est passé?
J'avais voyagé entre-temps. J'étais en France pour quelques mois. Depuis mon retour, je suis resté dans mon coin pour mieux réorienter ma carrière. Après une mûre réflexion, j'ai finalement décidé de créer ma propre écurie «Les Diambars de Dakar». J'avais besoin de donner un nouveau souffle à ma carrière. Cela devait passer par la création d'une nouvelle écurie.

Qu'est-ce qui explique votre départ de l'écurie Soumbédioune ?
Je n'ai aucun problème avec l'écurie Soumbédioune. Nous nous sommes séparés à l'amiable Comme je l'ai dit tantôt, mon départ n'est lié à aucun différend, mais juste par mon envie de donner une nouvelle orientation à ma carrière. J'entretiens toujours de bons rapports avec les gens de l'écurie Soumbédioune. Franchement, avant de partir, j'avais avisé mon mentor Boy Kaïré.

Sauf qu'après le tournoi de Bercy, les responsables de Soumbédioune, en l'occurrence Boy Kaïré, nous avaient confié que vous vous êtes engagé dans ce gala de Paris sans aviser l'écurie. Est-ce que cela n'est pas à l'origine de votre départ ?
Quand j'ai perdu le combat contre Elton à Paris Bercy, j'ai entendu toute sorte de méchanceté. Mais c'est la vie d'un sportif. Mais ce n'est pas ce qui a causé mon départ de l'écurie. C'est plutôt un challenge personnel. Je ne me sentais plus à l'aise à Soumbédioune. Il fallait que je parte. Le président de l'écurie a béni mon projet. C'est ainsi qu'avec mes amis, j'ai monté «Les Diambars de Dakar».
 
«Diène Kaïré est comme un fils pour moi»
 
Qu'est-ce qui vous dérangeait à Soumbédioune ? Est-ce que ce n'est pas à cause de la montée en puissance de Diène Kaïré qui vous a obligé à aller voir ailleurs ?
Franchement, non. Diène Kaïré est comme un fils pour moi. Nous avons partagé de bons moments à l'écurie Son père, Boy Kaïré, est quelqu'un de bien. Il m'a beaucoup aidé dans ma carrière de lutteur. Je ne saurais le remercier assez. Je suis très content de voir Diène Kaïré monter en puissance. Après avoir fait 10 ans dans l'arène, il était temps que je crée ma propre entreprise. C’est la seule explication de mon départ. Mon écurie est basée à la Gueule-Tapée et elle fonctionne à merveille. Avant de perdre mon combat contre Elton, le 8 juin 2013, j'étais resté 8 ans sans tomber. Cette défaite a un peu freiné mon élan, il était donc normal de marquer une pause et chercher une nouvelle orientation.

Avec le recul, comment expliquez-vous cette défaite face à Elton ?
Je ne veux pas être un mauvais perdant, mais je dois dire la vérité. Avant le combat, j'étais dans des difficultés. J'étais malade à quelques jours de l'affiche, mais j'ai forcé les choses. Malheureusement, j'ai perdu.

Alors qu'il vous faut une victoire pour rebondir, vous vous êtes engagé dans un combat difficile contre un adversaire décrit comme un technicien, en l'occurrence Sa Cadior. N'est-ce pas un challenge dangereux ?
Il n'y a aucun risque dans ce combat. J'ai rencontré des lutteurs plus dangereux que Sa Cadior, et je m'en suis toujours sorti. Il suffit de revoir mon parcours pour vous rendre compte que je n'ai jamais eu de combat facile. J'ai toujours été un adversaire dangereux pour mes concurrents. À un moment donné, j'avais même un problème d'adversaire. Comme vous le savez, certains lutteurs cherchent toujours à croiser des adversaires faciles. Mais chez moi, rien n'est facile.
 
«Le 1er mars est un grand jour. Je ferai le baptême du feu de mon écurie»
 
Mais affronter Sa Cadior ne sera pas non plus facile pour vous ?
C’est juste un combat. Il ne peut pas me dépasser. J'ai affronté plus coriace. Franchement, je dors tranquille. Sa Cadior n'a rien qui me fait peur. Lors de notre face-à-face, il m'a offensé en disant qu'il m'a offert la chance de l'affronter. Quand nous ne serons que deux dans l'enceinte, j'irai prendre ce qu'il me donne. Il prétend être supérieur à moi, mais on verra. S'il veut la vérité, il n'a rien qui peut me secouer, ni la technique de lutte, ni la frappe. On dit qu'il est un fin technicien, mais je ne vois pas quel exploit il a réalisé pour mériter ce surnom. Dites-le moi si vous en trouvez.

L'autre défi pour vous dans ce combat est d'assurer la première sortie du chef de file de l'écurie Diambars que vous êtes. Est-ce que cela ne vous met pas une pression supplémentaire ?
Au contraire, cette première sortie sous le drapeau de l'écurie «Les Diambars de Dakar» est une motivation supplémentaire. Il n'y a pas d'alternative pour moi dans ce combat. L'objectif est la gagne, rien que ça. Je ne me mets aucune pression. Dans ma tête, c'est clair qu'il n'y a que la victoire à aller chercher. Le 1er mars est un grand jour. Je ferai le baptême du feu de mon écurie. J'ai beaucoup appris de ma défaite face à Elton. Depuis lors, il y a eu de nombreux changements de mon côté. J’ai beaucoup gagné en maturité.

IDRISSA SANE
L’OBS n° 3424 du 20 février 2015  

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







Déjà plus de 10000 téléchargements

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli "Sénégal actu ", tous les meilleurs sites sénégalais sur une seule appli

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli

De nos jours pour suivre l'info en temps réel depuis votre mobile, vous êtes obligés d'installer plusieurs applis mobiles et  les ouvrir les uns après les autres, ce qui n'est pas très pratique.

Désormais, vous avez l'appli "Sénégal actu" qui regroupe tous les sites d'informations leaders du Sénégal : Seneweb, Dakaractu, Agence de presse sénégalaise entre autres, sans oublier vos sites people et sportifs (Wiwsport, Arenebi). Les meilleurs sites dans une seule application : simple, rapide et conviviale.

L'application est en constante évolution et nous espérons que ses concepteurs l'enrichiront de jours en jours. Bravo à eux.
NB : Pour télécharger l'appli, allez sur Android Market et tapez "sénégal actu".


 

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli
PS : Si vous ne retrouvez pas les articles d'un de vos sites préférés, laissez un commentaire ici, nous transmettrons au concepteur de l'appli, pour qu'il ajoute le site.

Une application appréciée et très bien notée par les utilisateurs..

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli

Auteur : Arenebi.com
18/04/2015


Offres d'emploi au Sénégal et dans la sous-région



Cliquez ici pour toutes les news en bref


Recherche sur arenebi


Toutes les polémiques de l'arène sont ici

Vos journaux sportifs à 100 FCFA

Top articles



1er portail 100% Swagg du Senegal






Wakh Sa Khalat : Libre parole sur la lutte, exprimez-vous sur tous les sujets de la lutte

Wakh Sa Khalat : Libre parole sur la lutte, exprimez-vous sur tous les sujets de la lutte
Cette rubrique est destinée à tous les amateurs qui veulent s'exprimer. Enregistrez vos vidéos avec Skype, Msn ou Google+ (ou tout autre logiciel vidéo) et envoyez-les nous par la  rubrique contact. Nous les publierons pour faire partager votre point de vue sur la lutte. Libre à vous de choisir le thème, qui doit concerner la lutte. Par exemple les sanctions du CNG, les Rounds à introduire dans la lutte, la violence, etc.

Voir les vidéos reçues


Auteur : Arenebi.com
08/07/2013

Site de discussion sur le Sénégal