www.arenebi.com
Jeudi 30 Octobre 2014
HTML Online Editor Sample


Les écuries se barricadent (Les lutteurs qui quittent une écurie doivent payer des millions)

La valse des lutteurs d’une écurie à une autre, en fonction de leurs humeurs, est révolue. En ce début de saison, la donne semble avoir changé puisque les écuries réclament désormais un dédommagement pour libérer leurs pensionnaires. Mais la réglementation est-elle au point ?


Les écuries se barricadent (Les lutteurs qui quittent une écurie doivent payer des millions)
 
 
Le temps où les lutteurs changeaient d’écurie comme on change de chemise est révolu. Désormais, les lutteurs qui veulent quitter leur écurie doivent s’armer de courage, se plier à une réglementation édictée par le CNG et les écuries et à un préalable strict. « Effectivement, il existe des textes sur ce cas de figure », renseigne Thierno Kâ, le chargé de communication du CNG. Une loi qui n’a pas échappé à la vigilance de certains responsables d’écuries qui ont décidé de ne plus lâcher leurs poulains aussi facilement que par le passé. Conscients des nouvelles dispositions à leur portée, ces responsables d’écuries réclament désormais un dédommagement avant de ‟laisser partirˮ leurs protégés. C’est le cas, pour l’heure, de Sakku Xam Xam et de Ndakaru, deux écoles de lutte qui exigent une compensation avant de libérer leurs pensionnaires démissionnaires.
 
Yékini Jr, Malick Niang et Cie doivent passer à la caisse
Yékini Jr, Malick Niang et Brise de Mer ne sont pas au bout de leurs peines. Après avoir quitté l’écurie Ndakaru au mois de juin dernier, ces anciens poulains de Yékini ont créé en début décembre leur propre écurie, Door Waar, avec la volonté de donner un second souffle à leur carrière. Mais, C’était sans compter avec la réglementation du CNG qui a révélé les limites de leur action puisque Ndakaru leur réclame une indemnité étant entendu qu’ils n’ont pas encore été affranchis. « C’est vrai que Ndakaru demande des indemnités aux lutteurs qui ont quitté. Mais, nous n’avons pour le moment pas fixé le montant. Nous allons nous réunir d’abord  et en discuter en interne avant de déterminer une somme », confesse Katy Diop, responsable et coach à l’école de lutte Ndakaru.
 
C’est dans ce même sillage que s’inscrit Kama Jr, ex-sociétaire de l’écurie Sakku Xam Xam, qui a rejoint Door Waar. Comme Ndakaru, Sakku Xam Xam réclame aussi une indemnité à son ancien poulain. Birahim Ndiaye ne demande pas moins de 2 millions FCFA comme compensation pour libérer Kama Jr.
Du côté de Door Waar, les lutteurs n’infirment pas ce conflit né de leur départ de Ndakaru. Cependant, les principaux concernés préfèrent attendre le point de presse qu’ils comptent tenir bientôt pour divulguer leur position définitive.
 
Vide juridique
Le CNG reconnaît aux écuries et écoles de lutte le droit de réclamer un dédommagement avant de se séparer d’un lutteur. En effet, l’instance de la lutte a senti le besoin de légiférer sur le transfert des lutteurs afin de combler un vide juridique. « Je crois comprendre que dans le règlement intérieur de l’école de lutte Ndakaru, il a été dit qu’en cas de départ, il est question d’indemnisation (par le lutteur qui part, ndlr). Sur le principe, c’est concevable », explique Thierno Kâ.

Une telle mesure est d’autant plus compréhensible qu’il est question de mettre de l’ordre dans les transferts des lutteurs pour empêcher l’anarchie qui s’installe petit à petit. Seulement, à y voir de plus près, ces dispositions révèlent quelques limites juridiques. S’il est vrai que cette réglementation est venue à son heure, il est aussi vrai qu’elle est incomplète, et son application soulève certaines questions restées jusque-là sans réponses. Le règlement du CNG n’est pas assez explicite sur les détails du transfert ou changement d’écurie du lutteur.

Par exemple : À combien est estimé le montant du dédommagement que l’écurie doit réclamer ? À combien s’élève le montant que l’écurie d’accueil doit verser à l’autre écurie ? Le lutteur en question connaît-il la somme qu’il doit verser à son écurie d’origine ? Qu’est-ce qui est prévu au cas où le lutteur n’est pas en mesure de compenser l’écurie qui l’a formé ?
Pour le moment, toutes ces questions sont restées sans réponses puisque le règlement du CNG est incapable de trancher. Un vide juridique total.

 


1.Posté par maissafa le 20/12/2012 00:40
c'est bien de faire cela
les lutteurs ne respectent pas leurs ainés qui les forment

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter






Offres d'emploi au Sénégal et dans la sous-région



Cliquez ici pour toutes les news en bref


Recherche sur arenebi



Toutes les polémiques de l'arène sont ici

Vos journaux sportifs à 100 FCFA

Top articles



1er portail 100% Swagg du Senegal






Wakh Sa Khalat : Libre parole sur la lutte, exprimez-vous sur tous les sujets de la lutte

Wakh Sa Khalat : Libre parole sur la lutte, exprimez-vous sur tous les sujets de la lutte
Cette rubrique est destinée à tous les amateurs qui veulent s'exprimer. Enregistrez vos vidéos avec Skype, Msn ou Google+ (ou tout autre logiciel vidéo) et envoyez-les nous par la  rubrique contact. Nous les publierons pour faire partager votre point de vue sur la lutte. Libre à vous de choisir le thème, qui doit concerner la lutte. Par exemple les sanctions du CNG, les Rounds à introduire dans la lutte, la violence, etc.

Voir les vidéos reçues


Auteur : A.A
08/07/2013

Site de discussion sur le Sénégal