www.arenebi.com



Luc Nicolaï à cœur ouvert «Je n'ai jamais vu la couleur de la drogue»


Luc Nicolaï à cœur ouvert «Je n'ai jamais vu la couleur de la drogue»

Il a gardé le mutisme pendant presque une année. Depuis sa sortie de prison, il n'a pas voulu s'exprimer devant la presse. Ur seul mot ne pouvait lui être arraché. Mais, grâce à la hargne de l'équipe de D Media (Sen Tv et la Tribune), le promoteur de la petite côte a enfin brisé le silence. Il a parlé sans détours de son séjour carcéral, de ses problèmes avec les Français Touly et Filibert, de son retour en force dans l'arène, et pour couronner le tout, de son soutien sans faille au président Macky Sall. Trouvé chez lui à Mbour, voici un Luc Nicolaï sans ambages qui s'est confié en toute " exclusivité à la Tribune et à la Sen Tv.
 
Entretien
 
Avant de venir à cet hôtel pour cet entretien, nous avons d'abord effectué un petit tour sur le quai de pêche. Pourquoi ce petit tour et qu'avez-vous ressenti avec tout ce beau monde derrière vous ?
Avant tout, je remercie le Bon Dieu de m'avoir accordé la vie afin que je puisse retrouver les miens. Je suis très content et je sais que je dois être redevable aux Mbourois. J'étais en prison, mais je sais que les habitants de Mbour ne m'ont jamais lâché. Le fait de voir ce beau monde dehors, montre que je fais partie d'eux, que je suis dans leur cœur...

Est-ce que vous pouvez revenir pour nous sur vos débuts dans l'arène ? Luc Nicolaï, "self-made-man". Mythe ou réalité? Qu'est-ce qui fait votre originalité ?
(Eclats de rires !) Je vais vous faire une révélation. Je suis sorti du néant. Je n'étais pas connu, j'étais animateur et militaire en France depuis le bas âge. Je suis issu de parents nobles et très simples. Personne ne les connaît. A mes débuts, j'allais en Mauritanie pour acheter des moutons et les revendre à Dakar ou à Mbour. Avec un pâturage de 200 millions, et je le faisais seul, sans l'apport de quiconque. Je suis resté 10 ans sans aller à des festivités. Je ne suis pas parti fêter le 31 décembre depuis un bon bout de temps. Mon fils qui est là, il m'arrivait de ne pas le voir pendant une bonne durée. Tout ceci parce que j'avais le cœur à l'ouvrage, vouloir réussir... Actuellement, j'ai réussi grâce au fruit de mon travail, et c'est l'essentiel...

Luc Nicolaï est souvent réputé être un homme riche. D'où vous vient votre patrimoine et vos biens ?
Franchement, je n'ai rien. Je suis un fervent talibé mouride et je ne crois qu'en lui. Je suis tout simple, et tout ce que j'ai, j'en rends grâce à Dieu. Je ne suis pas riche. J'ai un cœur d'or et je suis comme tout humain. C'est l'essentiel ! Tout ce qui se dit après, c'est juste des choses banales. Mais la vraie richesse est dans le cœur. Je suis riche sur ce plan, oui...

Vous êtes aussi réputé être un fan de la lutte. Qu'est-ce qui vous a poussé à aimer ce sport de chez nous ?
J'ai toujours été un amateur de lutte. Demandez à Max Mbargane ici présent, il me connaît assez bien. J'aime la lutte. Je suis un fan. J'y suis depuis une vingtaine d'années, J'y étais avec beaucoup de lutteurs, et c'est après un combat avec Bombardier que j'ai pris le soin de couvrir tous les lutteurs de la Petite Côte. C'est la raison pour laquelle je me suis retrouvé presque dans le staff de Bombardier. Je l'ai beaucoup aidé. J'ai organisé beaucoup de ses combats. Et jusqu'à présent, je suis là pour tous les épauler. Je vais vous faire une révélation : lors du montage de l'affiche Modou Lô/Balla Gaye 2, les sponsors ne connaissaient pas les lutteurs. C'est à grâce à moi, qu'ils ont accepté d'aider financièrement. Et j'ai fait de ce combat l'un des plus beaux combats de cette saison. En dehors de Yékini/Balla Gaye 2, c'est l'un des meilleurs combats à vrai dire. J'aime la lutte et j'aime créer de grands événements.

Luc, vous êtes aussi accusé de faire monter les cachets des lutteurs... Pourquoi avez-vous opté pour cette démarche ?
C'est juste une question de vouloir mieux les aider. Les lutteurs sont fatigués et ils ont un monde fou derrière eux. Si on ne leur paye pas beaucoup d'argent, ils seront juste fatigués. C'est la raison pour laquelle, en sachant ce qu'ils valent, je leur donne beaucoup d'argent. Je ne leur ai donné que ce qu'ils méritent à mes yeux, ils sont des acteurs de développement et il faut les assister. Je pense aussi à certaines personnes qui sont malades, hospitalisées, et qui, dès qu'elles suivent la lutte sont aux anges. Le fait d'organiser des combats pour leur faire plaisir, me procure beaucoup de bonheur, je me sens heureux après. Et je pense que si je n'étais pas dans les règles de l'art, on m'aurait emprisonné depuis, car nous avons les meilleurs renseignements généraux de la place. Je vais vous dire que beaucoup de sponsors ont quitté l'arène, car j'avais quitté le navire ; mais je les invite à revenir, car je suis là, revenu en force.

Avant de parler de votre retour dans l'arène, vous aviez été mêlé à une affaire de drogue qui vous a valu l'incarcération. Est-ce que vous pouvez revenir sur ce triste épisode de votre vie ?
(Il baisse la tête, fronce les sourcils, la gorge comme nouée). Je rends d'abord grâce à Dieu. Je remercie la famille de Serigne Touba aussi. Je voudrais dès à présent dire que je suis innocent. Je vais vous raconter tout ce qui s'est passé. Les policiers ont fait une enquête et sont partis voir Bertrand Touly dans son bureau, avec un employé du nom de Djibril Diop. Il paraît que c'était une affaire de drogue. Je n'en sais rien. Car je suis clean dans cette histoire. Je n'ai jamais touché à la drogue. Une semaine après l'arrestation de ces deux hommes, on m'a convoqué et j'ai répondu. C'est même après que j'ai demandé au commandant si je pouvais voyager. Il m'a donné son feu vert. Donc, si j'entends, après, les gens dire que j'avais pris la fuite, cela me faire rire. Je m'étais rendu en Gambie, et c'est après les supputations que j'ai pris la décision de rentrer. Arrivé à Pont Noirot, la gendarmerie m'a appelé pour me dire que les hommes en tenue de Thiès me cherchaient. Je n'ai pas fui, j'ai pris la responsabilité d'y aller, et c'est par la suite qu'ils m'ont demandé gentiment de m'emmener à bord de leur véhicule. Je les ai suivis et c'est là qu'ils m'ont mis aux arrêts. Je ne sais même pas ce qui s'est passé. Sur le très Saint Coran, je n'a jamais vu la couleur de la drogue. J'ai fait deux mois en prison sans savoir de quoi on m'accusait. Et le plus cool dans cette histoire, est que je n'ai jamais été perquisitionné. Bref, en quelque sorte je ne peux pas tout dire ici, car l'affaire est toujours pendante devant la Justice. Mais sachez quand même qu'il y a anguille sous roche.
Êtes-vous remonté contre des personnes, notamment contre certaines personnes qui vous ont accusé ?
Non, pourquoi je serais fâché ? Bertrand Touly est mon frère et Filibert est mon père. J'ai toujours su que Filibert n'allait jamais témoigner contre moi. On se connaît trop bien. Je n'ai pas l'intention de les suivre, mais si je voulais j'aurais pu les confondre, car je suis un digne fils du Sénégal.

Le 14 février, jour de votre sortie de prison, a coïncidé avec la Saint Valentin. Etait-ce là un bon jour rempli d'émotions pour vous?
Ah ça, oui ! C'était la délivrance totale. C'est Dieu qui en a décidé ainsi. Par A ou par B, j'allais sortir de prison ce jour-là. Je l'ai su le matin et j'ai appelé ma femme pour lui faire part de la nouvelle ; puis j'ai appelé Malick Thiandoum aussi...

On vous a vu versé des larmes au tribunal. Qu'est-ce qui vous a poussé à pleurer à chaudes larmes après avoir été en détention 18 mois durant ?
Ce jour-là, j'ai pleuré, car j'ai vu Boy Bambara pleurer avec tous les acteurs de la lutte présents dans la salle. Je ne suis qu'un être humain, et je suis animé de sentiments avec des sensations. C'est la première fois que j'ai pleuré à ce que je sache. J'étais très ému. L'autre fait qui m'a ému, est que je n'ai pas senti le temps passer lors de mon séjour carcéral, tellement j'étais bien traité par tout le monde.

Au début de notre entretien vous avez évoqué votre retour dans l'arène. Qu'en est-il exactement aujourd'hui ?
Ah ! Vous venez de me poser une excellente question. Je vais revenir dans l'arène et en force. Comment pouvez-vous concevoir qu'après ma sortie de prison j'arrête la lutte totalement ? Je ne crois même pas à cela, alors qu'il y a un monde fou derrière moi. Si je quitte le navire, je ne serais jamais tranquille. Je vais organiser de belles affiches pour rendre grâce à ces acteurs de la lutte qui n'ont ménagé aucun effort pour me faire sortir de prison.

Vous êtes déjà sur des affiches ?
Bien sûr ! Je vais organiser Modou Lô/Bombardier, Lac Rose/Malick Niang, Siteu/Zarco, Garga/Boy Niang, Ama/Gouy Gui entre autres... Mais je tiens à préciser que s'il y a des promoteurs qui sont en option sur ces affiches, ils n'ont qu'à me passer juste un coup de fil pour qu'on en discute. Je ne veux pas de problème. Je veux juste faire avancer la lutte, et dans le bons sens.

Que pensez-vous du mandat prolongé d'Alioune Sarr ?
En tous cas, tout ce que je veux, c'est de voir les membres qui composent cette structure initier des concertations fondées. C'est tout ! Il faut ouvrir les débats. Cela va rapporter beaucoup plus à cette structure. Une chose encore : il faut que le Cng arrête d'incriminer les promoteurs qui ont des bisbilles avec la Justice. Nul n'est infaillible. Nul ne peut aussi échapper à la prison. Il faut qu'ils mettent la pédale douce. En plus, actuellement, je peux organiser des combats car j'ai un casier judicaire vierge. Je n'ai plus de peine, l'appel que j'ai fait est suspensif.

Quelles sont vos relations avec les lutteurs ?
Je suis bien avec tout le monde. Modou Lô est mon frère de sang, Yékini est un parent et Bombardier est un frère de la
Petite Côte. Je n'ai jamais eu de problèmes avec Bombardier. Ce sont des rumeurs qui circulent. J'ai organisé presque tous ses combats. C'est un frère. Il faut que les gens arrêtent de spéculer. Je n'ai aucun différend avec Bombardier.

Luc Nicolaï et la politique....
Je suis un militant du Plan Sénégal émergent. Il faut que les gens arrêtent de critiquer Macky Sall. Il n'a fait que 2 ans, et le travail est encore colossal. Macky Sall est l'un des meilleurs. Je vais le soutenir dans sa lancée, qui est d'aider les Sénégalais et les Sénégalaises. Je ne suis pas d'accord quand les gens disent que c'est un président par défaut. Désolé, il ne l'est pas. C'est le meilleur !

Par Awa MARONE
Source : La Tribune n° 915 du 28 octobre 2014

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter







Déjà plus de 10000 téléchargements

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli "Sénégal actu ", tous les meilleurs sites sénégalais sur une seule appli

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli

De nos jours pour suivre l'info en temps réel depuis votre mobile, vous êtes obligés d'installer plusieurs applis mobiles et  les ouvrir les uns après les autres, ce qui n'est pas très pratique.

Désormais, vous avez l'appli "Sénégal actu" qui regroupe tous les sites d'informations leaders du Sénégal : Seneweb, Dakaractu, Agence de presse sénégalaise entre autres, sans oublier vos sites people et sportifs (Wiwsport, Arenebi). Les meilleurs sites dans une seule application : simple, rapide et conviviale.

L'application est en constante évolution et nous espérons que ses concepteurs l'enrichiront de jours en jours. Bravo à eux.
NB : Pour télécharger l'appli, allez sur Android Market et tapez "sénégal actu".


 

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli
PS : Si vous ne retrouvez pas les articles d'un de vos sites préférés, laissez un commentaire ici, nous transmettrons au concepteur de l'appli, pour qu'il ajoute le site.

Une application appréciée et très bien notée par les utilisateurs..

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli

​[Appli-Mobile] Nouvelle appli

Auteur : Arenebi.com
18/04/2015


Offres d'emploi au Sénégal et dans la sous-région



Cliquez ici pour toutes les news en bref


Recherche sur arenebi


Toutes les polémiques de l'arène sont ici

Vos journaux sportifs à 100 FCFA

Top articles



1er portail 100% Swagg du Senegal






Wakh Sa Khalat : Libre parole sur la lutte, exprimez-vous sur tous les sujets de la lutte

Wakh Sa Khalat : Libre parole sur la lutte, exprimez-vous sur tous les sujets de la lutte
Cette rubrique est destinée à tous les amateurs qui veulent s'exprimer. Enregistrez vos vidéos avec Skype, Msn ou Google+ (ou tout autre logiciel vidéo) et envoyez-les nous par la  rubrique contact. Nous les publierons pour faire partager votre point de vue sur la lutte. Libre à vous de choisir le thème, qui doit concerner la lutte. Par exemple les sanctions du CNG, les Rounds à introduire dans la lutte, la violence, etc.

Voir les vidéos reçues


Auteur : Arenebi.com
08/07/2013

Site de discussion sur le Sénégal