Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise
www.arenebi.com

MATAR BÂ, MINISTRE DES PORTS «Faisons de la place à la lutte olympique»


MATAR BÂ, MINISTRE DES PORTS «Faisons de la place à la lutte olympique»
Venu présider la journée de nettoiement des alentours du stade Léopold Sédar Senghor, Matar Bâ, ministre des sports, en a profité pour féliciter les Lions de la lutte olympique pour leur belle participation aux derniers championnats d'Afrique (27-31 mai 2015) en Egypte d'où ils sont rentrés avec sept médailles dont 2 en or.

  
Le patron du sport sénégalais se veut le défenseur de la lutte olympique. Selon Matar Bâ, cette forme de lutte qui n'a rien à voir avec la lutte avec frappe, un sport de chez nous, doit avoir plus de visibilité dans les médias : «La lutte, plus particulièrement la lutte olympique, nous a valu de grandes satisfactions dans le passé. Aujourd'hui, la lutte avec frappe, un sport de chez nous, est un véritable facteur de stabilité sociale. La lutte avec frappe a eu une ascension fulgurante. Maintenant faisons de la place à la lutte olympique dans les médias. Le retour des treize représentants lors des derniers championnats d'Afrique est passé presque inaperçu dans les médias. Pourtant, nos vaillants Lions de la lutte ont eu une participation honorable en Egypte d'où ils sont rentrés avec sept médailles dont deux en or.

L'Etat est en train d'accompagner la lutte olympique, mais il faut que les sociétés nationales apportent plus de soutien pour une meilleure visibilité à cette forme de lutte», a souhaité monsieur le ministre. Revenant sur les infrastructures, notamment par rapport à l'arène nationale, Matar Bâ souligne que «la pose de la première pierre va permettre de construire l'arène nationale dédiée à la lutte, un sport en plein essor au Sénégal.

Cette infrastructure est une vieille doléance des lutteurs et de leur public. Le président de la République accorde une grande importance à la lutte. Nous sommes là pour accompagner toutes les disciplines, La lutte a une particularité : c'est notre sport national. C'est notre devoir d'aider la lutte à mener à bien ses activités. Aujourd'hui, le lutteur ne doit plus dire si on ne lutte pas on va agresser. Ce sont des modèles. Ils doivent tenir un discours et un comportement plus responsable».
 
Ndèye Coumba FALL
Sunu Lamb n° 2826 du 16 juin 2015
 


1.Posté par Fakry le 16/06/2015 20:19
1987, Jeux Africains de Nairobi, une seule équipe masculine (les féminines n'existaient pas alors) 8 médailles ramenés par nos lutteurs (Double Less, Ambroise, ....): 3 or, 2 argent, 3 bronze. Aujourd'hui, deux équipes (masculine et féminine) et 7 médailles dont 2 en or. Que de temps perdu .... alors que notre pays pourrait être la Jamaïque de la lutte en comparant avec les sprinters jamaïcains. Le lien lutte avec frappe-lutte olympique a quasiment disparu alors que les responsables de l'époque (Ibrahima Yade DTN et Frédéric Rubio entraîneur national) avaient prouvé que le passage efficace d'un style à l'autre était possible, malgré des conditions d'entraînement plus que difficiles, sous le stade d'Iba Mar Diop ...




Cliquez ici pour toutes les news en bref



Recherche sur arenebi