Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise
www.arenebi.com

MBAGNICK NDIAYE SUR L'ARÈNE NATIONALE

«Si ce n'est pas au Technopole, le projet tombe à l'eau»


MBAGNICK NDIAYE SUR L'ARÈNE NATIONALE
Depuis quelque temps, le choix des pouvoirs publics d'ériger l'arène nationale sur le site du Technopole fait l'objet de diverses réserves. Interpellé sur la question, le ministre des Sports, Mbagnick Ndiaye indique qu'en l'état actuel, il ne peut y avoir d'alternative au Technopole au risque de voir le projet tomber à l’eau.

Entretien

Monsieur le ministre, il y a eu beaucoup de réactions par rapport au choix du site de l'arène nationale, où en est la tutelle ?

Le choix d'ériger l'arène nationale au Technopôle n'a pas été fait par l'actuel régime. Vous me donnez l'occasion pour refaire la genèse du projet. Cela avait commencé du temps des Présidents Léopold Sédar Senghor et Abdou Diouf. Ce n'est réellement qu'en 2003 que le ministre de l’Economie et des Finances a décidé officiellement d'allouer une partie de la réserve du stade Léopold Senghor à l'arène nationale. Des études ont été menées et les gens ont fait en sorte qu'il y ait un début de réalisation. En 2006, du point de vue architectural, le projet a été confié au cabinet Oscar. Et en 2007, ce dernier a dessiné le plan définitif qui a été validé au cours d'une journée d'études à Léopold Senghor. Dans la même année on a aussi dit qu'on délocalise le projet à Rocade Hann Bel Air. En 2009, on dit que le terrain n'est pas disponible on va vers le Camp de Thiaroye. Les gens se sont rendu compte qu'il y a la réalisation de l’hôpital. C'est le ministère de l'Urbanisme d'alors, Oumar Sarr, qui a identifié le site et a pris toutes les dispositions pour que cela soit réalisé. A partir de 2009, tout le processus a été lancé : stabilisation du site, réalisation des études architecturales, choix des entreprises. En 2010-2011, avec le projet Kawsara, on a dit que l’on fait une compensation entre la rétrocession du stade Assane Diouf et la réalisation d'infrastructures, entre autres de l’arène nationale, jusqu'à ce que le projet capote mais le site est toujours maintenu.

Comment expliquez-vous cette subite levée de boucliers alors que le choix du site du Technopôle a été effectué depuis belle lurette ?

Quand l'ancien Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye a visité le site il n'y avait pas cette levée de boucliers. Quand on est arrivé, on a travaillé sur l'existence du site. Le Président Macky Sall a réussi à obtenir de la Chine la réalisation de l'arène. Tout naturellement parce que le site a été identifié. C'est un terrain qui appartient à l'Etat du Sénégal, immatriculé au nom de l'Etat du Sénégal, l'ancien régime avait même fait des visites de reconnaissance. Avant que les Chinois n'arrivent, les gens avaient commencé à parler du Technopôle. Quand on a interrogé les responsables du ministère de l'Urbanisme, ils ont parlé d'une mauvaise appellation cela devait seulement nous permettre d'identifier l'environnement du site. Quand les Chinois sont arrivés on leur a dit que l'on a une nouvelle possibilité à Diamniadio, ils ont dit clairement que si on voulait que cette structure soit réalisée au plus tard en 2016, ils ne pouvaient pas reprendre tout le travail préliminaire qui avait déjà été fait. On s'est dit que, dans la mesure où tout le processus préliminaire a été fait, travaillons sur ce site.

Les écologistes protestent, d'autres soutiennent que le site est une zone inondable. Quelle réponse avez-vous à apporter ?

Non ce n'est pas une zone inondable. Même si, sur une partie, il y a 33 vergers maraîchers, 8 seulement sont dans l’emprise du terrain. Si on change de site, le projet tombe à l’eau. Les travaux sont très avancés et les Chinois vont revenir au mois de décembre. Il faut que les écologistes revoient l'emplacement du site. Il est vrai que sur les plans il y a une zone qui peut être inondée parce que les 5 à 6 hectares sont de zones ex inondées sur les 7. Ex inondées, c'est le terme technique qu'ils ont utilisé certainement pour dire qu'elles ne sont pas inondables. Le site de l'arène nationale est situé dans le quartier Dagoudane de Pikine. Juste à côté de l'arène, il y a le théâtre de verdure et sur 5 hectares, on a un terrain de football et des habitations. L'arène nationale sera dotée de salles pour le judo, le karaté, la boxe, le fitness, etc.

Hubert MBENGUE
et Angélique THIANDOUM

Source : Sunu Lamb n° 2311 du 24 septembre 2013



Cliquez ici pour toutes les news en bref



Recherche sur arenebi