Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise
www.arenebi.com

MBAYE GUÈYE SE FÂCHE ET LÂCHE : “Balla ne peut pas battre Yékini en 10 s”

Depuis que la saison de lutte 2011-2012 a démarré, Mbaye Guèye, le 1er Tigre de Fass, s’était emmuré dans son silence. Dans son coin à Fass Mbao, à quelque 19 km de Dakar, Mbaye Guèye, Directeur technique de l’écurie Fass, et par ailleurs patron de l’école de lutte des Tigres, suivait l’actualité de la lutte de très près. Hier dimanche 20 novembre, à son domicile sis à Fass Mbao, il a accepté d’ouvrir son coeur pour les lecteurs de Sunu Lamb. Dans cet entretien, le Tigre se fâche et crache le feu. En somme, Mbaye Guèye dit tout haut ce que d’autres disent tout bas.


MBAYE GUÈYE SE FÂCHE ET LÂCHE : “Balla ne peut pas battre Yékini en 10 s”

Entretien
 
Quelle analyse faites-vous de la nouvelle saison 2011-2012 ?
Je rends d’abord grâce au Bon Dieu et prie sur le prophète Mohamed (PSL). Je demande pardon à tout le monde. Malgré quelques écarts de langage qu’il y a dans l’arène, je pardonne à tout un chacun. Nous sommes des musulmans, il faut savoir pardonner. Je suis la saison de près, parce que je suis dans mon coin et je travaille avec mon école de lutte. Je suis aussi en contact permanent avec les dirigeants de l’écurie Fass. La saison a démarré lentement, mais sûrement. Si ça continue, je pense que tout le monde va y trouver son compte. Les combats ne seront certes pas nombreux à cause de l’élection présidentielle. Durant la campagne, il y aura des combats et je trouve ça anormal. Parce que tout peut arriver avec des incidents et on pourrait alors interdire la lutte.

Pourquoi selon vous les gradins sont quasiment vides depuis l’ouverture de la saison ?
Parce que ce sont des lutteurs anonymes qui disputent de grands combats. je ne sais pas si ce sont les promoteurs qui n’ont plus d’argent - ou si ce sont les sponsors qui ne suivent pas -  et qui organisent malgré tout ces genres de combats, mais c’est inquiétant.

Ces dernières années lutte rime avec violence...
C’est un nouveau phénomène, les navétanes qui ont investi la lutte. Maintenant, on assiste à des combats entre quartiers. Chaque lutteur s’identifie à son quartier. On peut supporter son lutteur sans verser dans la violence. Il faut que les fans-clubs comprennent cela.

Ne craignez-vous pas que cela tue la lutte un jour ?
Je ne le pense pas, la lutte ne va jamais mourir. La lutte se vend bien. C’est un produit que tout le monde s’arrache. Tant qu’il y aura des Gris Bordeaux, Modou Lô, Balla Gaye 2..., la lutte ne mourra jamais.
…/…
 
Iba KANE
Source : Sunu Lamb n°1756 du 21 novembre 2011



Cliquez ici pour toutes les news en bref



Recherche sur arenebi