Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise
www.arenebi.com

YÉKINI SUR SON AVENIR “Il faut savoir prendre du recul”

En marge des 48 heures de lutte traditionnelle organisées par Pathé Niakh et le GIE Mbogotaan lundi et mardi dernier au village de Loul Sesseène, Yakhya Diop Yékini a réagi par rapport à son long silence de ces derniers temps pour en expliquer les principales raisons.


YÉKINI SUR SON AVENIR “Il faut savoir prendre du recul”
D’emblée, l’enfant de Joal, en grand boubou trois pièces et accompagné d’une forte délégation, a tenu à expliquer les raisons de son déplacement vers ce village qui, reconnaît-il, l’aide depuis longtemps chaque fois qu’il a un combat à disputer : “Loul Sessène est un village qui me soutient depuis très longtemps. Chaque fois que j’avais un combat, je venais souvent solliciter des prières et ils les faisaient pour moi. Ce n’est donc que justice que je sois là avec eux. Siga Ndour est une vraie sœur à moi. Elle habite le village mais vit avec moi à Joal (son mari y habite). Je ne peux vraiment pas lui rendre la monnaie de sa pièce. Il n’y a que ça que je pouvais faire pour essayer de la lui rendre”.
 
Après être revenu sur les raisons de sa présence, Yékini s’est expliqué sur son attitude de ces derniers temps où il ne fait presque plus de sorties, préférant rester dans son coin pour continuer la réflexion avec son entourage. D’ailleurs, certains en sont arrivés à avancer qu’il serait en instance de divorcer d’avec l’arène pour définitivement dénouer son nguimb.

Pourtant, rien de tout cela, explique le champion qui ne fait qu’un repli stratégique pour y voir plus clair : “Il y a de ces choses qui ne vont pas avec beaucoup de commentaires. Comme je le répète souvent, je suis en train de tout revoir et de tout vérifier pour savoir si tout est rentré dans l’ordre et si tout est en place. Et, sous peu, tout le monde saura. Je suis en phase de vérification, et quand cette phase va arriver à son terme, on verra bien. Parfois, il faut savoir prendre du recul pour y voir plus clair. Ce que nous avons eu, je ne dirais pas que nous ne l’aurons plus, mais ce ne sera pas facile. En conséquence, il convient de se refaire et de se préparer. Il ne sert à rien de trop parler .

Abou NDOUR
Source : Sunu Lamb n°1984 du 23 août 2012 
 



Cliquez ici pour toutes les news en bref



Recherche sur arenebi