Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise


[ Actualité ] CRITIQUES ACERBES CONTRE LE CNG : Gris Bordeaux radié


Rédigé le Mercredi 1 Avril 2020 à 14:49 | Lu 482 fois | 0 commentaire(s)



La sentence est tombée. La Commission règlements et discipline a frappé lourdement les lutteurs qui ont critiqué le CNG suite à la radiation de Sitor Ndour. Hier, lors de la réunion hebdomadaire de l'instance, Gris Bordeaux a été radié, Bombardier suspendu six mois, la licence de Modou Lô confisquée et l'écurie Soumbédioune de Boy Kaïré a été dissoute.


Le CNG du président Alioune Sarr ne badine pas avec ses règlements. Des ténors de la place en ont fait les frais pour avoir ouvertement critiqué le CNG ou demandé le départ du Dr Alioune Sarr. Très affecté par ces critiques très acerbes, le CNG a sorti le sabre pour couper trois têtes.

Gris Bordeaux est radié à vie de l'arène pour avoir déclaré sur sa page Facebook ; «C'est de la vraie dictature. Il est temps de le dissoudre ou bien faire partir Alioune Sarr. Au Comité de discipline du CNG, avec la complicité du ministre des Sports Matar Ba, une telle décision n rest pas bonne pour la lutte sénégalaise. Radier une personne qui demande de meilleures conditions de travail est une erreur monumentale. Il faut privilégier le dialogue et le compromis de part et d'au­tre, afin de trouver un terrain d'entente pour le bien du monde de la lutte». Cette sor­tie faisait suite à la radiation de l'arbitre Sitor Ndour, de la suspension de cinq ans de Ma- lick Nqom et de Babacar Diop et de deux ans pour Aboubacry Dramé.

Pour Modou Lô, il avait accordé un entretien au site Sky TV où il déclarait : «Alioune Sarr est notre père, mais il doit faire une introspection. Il dirige une structure dont 60% des mem­bres ne veulent plus de lui comme chef».

Pour sa part, le B52 de Mbour avait craché le feu dans les co­lonnes de Sunu Lamb, le lundi 24 février 2020, demandant notamment que le CNG soit confié à une autre personne : «Alioune Sarr a fait plus de 25 ans. L'État doit confier le CNG à une autre personne. Il faut qu'on essaie de voir ce qu'une autre personne peut apporter à la lutte. Je pense que lui- même reconnaît qu'il doit se reposer».

L'écurie Soumbédioune paie la sortie de son fondateur Boy Kaïré, qui avait aussi attaqué le CNG et le ministre Matar Ba dans nos colonnes : «Matar Ba n'a pas joué franc jeu après les assises. Le ministre devait changer l'actuelle équipe diri­geante de la lutte. Tout le monde sait que ce bureau a at­teint ses limites. Ce que Yékini a dit est vrai. Toute la popula­tion veut un changement à la tête de la lutte. Les gens n'ont plus besoin d'Alioune Sarr». Après les arbitres grévistes qui ont été lourdement sanction­nés le 9 mars passé, c'est au tour des lutteurs les plus en vue de l'arène sénégalaise d'être sanctionnés par le CNG. Par ces temps qui courent, il est donc interdit de dire du mal de la gestion du CNG.

SUNULAMB













Partager ce site


Facebook
Twitter