Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise


[ Actualité ] UNE CENTAINE D'ARBITRES QUALIFIÉS SE DISENT «RADIÉS» Peur sur la saison 2020-2021


Rédigé le Mercredi 8 Juillet 2020 à 16:11 | Lu 171 fois | 0 commentaire(s)


Depuis que le CNG a sanctionné lourdement Sitor Ndour, Aboubacry Dramé, Malick Ngom et Babacar Diop, leurs collègues se sont montrés solidaires et se considèrent tous comme étant «radiés».


Le problème le plus urgent de l'arène avant la suspension des activités et l'interdiction des regroupements, c'était celui entre le CNG et les arbitres. Un différend qui avait abouti aux lourdes sanctions contre quatre arbitres et qui étaient fustigées par bon nombre d'acteurs pour ne pas dire le monde du sport.
Le président de la Commission centrale des arbitres (CCA), Sitor Ndour, a été radié à vie. Ses collègues Malick Ngom, Babacar Diop et Aboubacry Dramé ont été lourdement sanctionnés.
 
La police d'assurance : le nœud du problème
Quel acte le CNG a posé pour tenter de régler la lancinante question de police d'assurance évoquée par les arbitres, eux qui demandent aux lutteurs de se doter de cette police d'assurance ? Jusque-là nada. Dans une situation pareille, si l'instance dirigeante ne fait rien, il revient au ministère des Sports d'arbitrer. À ce propos, le ministère de tutelle peut faire des démarches pour régler le problème. Il est vrai que la priorité, c'est comment endiguer le coronavirus. Mais depuis quelque temps, tout le monde se prépare à l'après Covid-19. Donc, il urge de régler le problème des arbitres avant que les activités ne reprennent.
Il n'est pas exclu que le CNG remplace la centaine d'arbitres qui déclaraient être tous des «radiés». Mais l'instance faîtière doit vite réagir. Ce qui est inquiétant, c'est qu'environ 100 arbitres de Dakar, Mbour, Thiès, Diourbel, Kaolack, Diofior, Ziguinchor, etc. ont rendu le tablier en soutien à leurs collègues. Une situation inédite qui est en train de passer. Parce que, peut-être, on ne mesure pas les conséquences ruineuses de tout ça.
 
Les vrais enjeux
N'est-ce pas là les vrais enjeux, si l'on sait que les combats qui sont ficelés (Modou Lô / Ama Baldé, Balla Gaye 2 / Gris Bordeaux, Eumeu Sène / Bombardier...) nécessitent des arbitres qualifiés et expérimentés. Supposons que le CNG forme en quelques jours ou semaines de nouveaux arbitres, seront-ils réellement qualifiés pour pouvoir bien gérer les combats de VIP qui sont souvent problématiques ? Difficile à dire. Donc, il est temps que ce problème des arbitres soit posé sur la table et qu'on tente de trouver des solutions afin de rassurer les amateurs en vue de la saison 2020-2021.
En tout cas, l'arène qui a subi les conséquences de la pandémie de Covid-19 entend se rattraper la saison à venir. Et le monde de la lutte y arrivera si tous les problèmes sont évacués bien avant.
Abdoulaye DEMBÉLÉ
Sunu Lamb n° 4337 du 8 juillet 2020












Partager ce site


Facebook
Twitter