Byblos'Kronic. Yambar /Don Coow : le face-à-face


Rédigé le Mardi 26 Août 2014 à 15:01 commentaire(s)



Byblos'Kronic. Yambar /Don Coow : le face-à-face


Yambar assistait il y a quelques années, tout jeune, à un débat houleux sur la Ragot Télébidon pour Seniles. Le netali taay Serom Juuf accueillait le promoteur Sa Jambur qui, à la faveur du libéralisme c&gien, avait développé un quasi-monopole sur l’organisation des combats de lutte. Il baratinait le peuple, mais pas l’effronté Domu Ndangaan. Mbokam sa mère, était formelle : Domu n’est pas un lutteur. Un vrai lutteur, mbër dëg est un bivac (blédard, illettré, violent, animiste et coureur de jupons) qui ne parle pas français, ne connaît ni business, ni millions. Elle suivait les calculs effrénés du théoricien et lorsqu’il arriva à 100 millions, elle calcula : avec une dépense quotidienne maximale de 1000 frs CFA, à multiplier par trois, la somme garantissait 91 années de tranquillité. Elle bénit son fils et l'invita à devenir lutteur.

Depuis lors, Yambar s’entraînait comme un forcené. Il s’était trouvé des parrains et des marraines, il avait un fan club, de nouveaux peer. Il avait défié toute la planète, réclamant même Rombal, nada rien. Et ce soir, Sa Jambur clashait la paresse, le c&g, les collègues, les mbër et parlait encore de milieu pourri et de crise. Il déclarait qu’aucun lutteur ne valait 10 millions. Comme toujours, il alternait revendications de paternité, menaces de départ et chantages au cachet, sans aucune autocritique. Yambar rêva de son face2face avec lui. Il lui expliquait les yeux dans les yeux que la crise est son œuvre : qu'il avait surenchéri afin de couler d’autres promoteurs, avait désigné un roi des arènes sans être compétent à le faire, avait tenté de déstabiliser le c&g, avait promu une génération sans les valeurs qui ont fait le succès de la lutte ndumbelaanwase. Ouvre tes yeux lui disait-il et regarde ton œuvre!

Pour payer moins et te remplir plus les poches, tu voulais provoquer une alternance avec des champions qui te seraient redevables. Est-ce que tes nouveaux champions sont moins chers ? Saamay, son cousin Eau Douce, Soos, ils demandent une tonne de ciment ? Est-ce que Energy rocker n’est pas une pompe à fric ? Et tes clafeurs ont détruit l’image du lutteur respectable et courtois. Est-ce qu’un face2face Romab-Domu ou Yalh-Rombal attisait la haine ? Est-ce que Domu insultait Ngama Niar ? Tes produits se démarquent de leurs aînés comme lors du show où Yakh tranquillement assis écoutait de la musique, alors que Saamay, Kini Jr s'insultaient et se bagarraient. Ton Xaragn là, n'est-ce pas lui qui traîne toujours des histoires de bouteilles et de liquides ? Est-ce ton Soosat qui a manqué de se faire tuer ? Sais-tu que ton boy-town caravanier a été suspendu par le C&G pour agression et condamné par la justice ? Alors la violence ce n’est pas toi ? La crise c’est toujours les autres ?

Et tu fais toujours la girouette : tu veux garder le c&g que tu combattais l’an dernier. Tes intérêts rek, tu es un maître ès problèmes, le Don Coow. D’ailleurs qui se préoccupe de l’intérêt de la lutte ? L’arène nationale permet uniquement d’abriter des combats ce qui est fait. L’avenir c’est le championnat qui mobilisera les 10000 licenciés au lieu de quelques centaines et qui évitera que des milliers de jeunes mendient ou se vendent auprès des promoteurs. Oui c’est possible, il suffirait d’une licence unique de lutte qui impose à tout lutteur de participer à un minimum de 30 mbapat par an. Ceux qui remportent 5 mbapats dans la même région, accéderont aux finales régionales. Les deux finalistes régionaux participeraient aux finales nationales dont les vainqueurs seront champions de leurs catégories. Le roi des arènes sera désigné tous les deux ans, en tournoi d’ouverture opposant les champions régionaux et nationaux toutes catégories de poids confondues.

Ainsi, on aidera toutes les régions à promouvoir la lutte, on aura des athlètes légitimes et préparés pour les compétitions internationales et on réglera la question du roi des arènes. Au lieu de clasher à tout va, tu pourrais  offrir des revanches et affiches inédites puisque les tournois de lutte sont en éliminatoires directes. On s’évitera ainsi des inepties comme Rombal-Balbina. Tu pourrais même organiser tes combats aux Yuza ou ailleurs. Tu auras ta baisse des cachets puisque tu n’auras plus à imposer un combat par an, à organiser des shows télévisés, etc. Now arrête de pleurer car le lutteur maçon ou agriculteur c’est fini. Un sac de riz ne paie pas un coach et un séjour à l’étranger comme un bœuf ne nourrit pas une famille pendant un an. Alors paie ou barre toi ! En disant cela Yambar désigna la porte de sa main. Elle cogna contre le mur, ce qui le réveilla.






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Mars 2017 - 11:57 Gouy Gui vs Boye Niang







L'actu de la lutte






Sans titre 14
Sans titre 13
Sans titre 4
Sans titre 3
Sans titre 29
Sans titre 28