Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise


CNG : AFFAIRE DE TRAFIC DE VISAS Assane Ndiaye suspendu trois ans


Rédigé le Mardi 19 Août 2014 à 16:49 | Lu 10365 commentaire(s)



CNG : AFFAIRE DE TRAFIC DE VISAS Assane Ndiaye suspendu trois ans

 
Impliqué dans l'affaire dite des trafics de visas avec, en filigrane, une accusation de faux et usage de faux, le promoteur Assane Ndiaye a été finalement suspendu pour trois ans. La sentence est tombée hier après la réunion hebdomadaire du CNG.
 
Après une première audition qui n'a pu permettre à la commission règlement et discipline de fixer une sanction à l'encontre du promoteur Assane Ndiaye, besoin ayant été mentionné d'avoir un complément d'informations et de preuves contre le prévenu, c'est finalement hier, à l'occasion de la réunion hebdomadaire du CNG, que la sanction est tombée : le patron de Baol Productions est suspendu pour trois ans, nous apprend le chargé de la commission de ladite structure, Thierno Kâ. Comme quoi, la radiation pure et simple que craignaient d'aucuns a été évitée. Mais le promoteur devra rester trois longues années hors de l'arène. Un coup dur pour la lutte quand on considère les nombreuses et belles journées qu'il a toujours organisées, utilisant ainsi des dizaines de lutteurs. La seule chance qui reste au promoteur, c'est la possibilité que lui offre le règlement d'introduire une lettre de grâce aux fins de revoir à la baisse la peine prononcée en première instance par la commission. Alors, ce ne serait plus la même commission qui va statuer sur cette lettre mais plutôt un bureau du CNG. La présente sanction pourrait alors être revue à la baisse ou confirmée, voire accentuée.
L'autre dossier qui a été évacué par le CNG est le recours qu'avait introduit Santang Gningue. Là, non seulement ce dernier a été débouté mais il a été entendu pour des propos malveillants qu'il a eu à prononcer à l'encontre des arbitres notamment. De leur côté, Domou Dangou et Mamaya, qui, ont été emprisonnés dans l'affaire des violences électorales, ont été entendus puis avertis.
Abou NDOUR
Source : Sunu Lamb n° 2580 du 19 août 2014







Les plus consultés




Partager ce site


Facebook
Twitter