[Contribution] Lutte sénégalaise : le CNG doit sauter avec ses menottes,"Dafa Doy" !


Rédigé le Vendredi 14 Octobre 2011 à 21:37 commentaire(s)


Des menottes qui doivent effectivement sauter. L’arène Sénégalaise est une prison qui ne dit pas son nom et cela doit cesser. Un CNG synonyme de police judiciaire qui prend tout le monde en otage : promoteurs, managers, lutteurs et amateurs. Personne n’est épargné.


[Contribution] Lutte  sénégalaise :  le CNG doit sauter avec ses menottes,"Dafa Doy" !
Un CNG qui se taille ses propres règlements sans en associer aucun individu externe. Des règlements que ne sont constitutés la plupart que d’articles reflétant des sanctions et amendes pour se faire les poches. Car dire remplir les caisses serait de les cautionner ; il n’existe d’ailleurs aucune caisse au vrai sens du terme ; d’où des détournements de deniers permanents ainsi opérés. Le fait de laisser le lutteur Eumeu Sène et les deux plus grands promoteurs qui ont tout donné à la lutte faire des va-et-vient à la DIC en est une parfaite éloquence. Aucune charte pour régler les conflits n’existe. Néanmoins il les attend à l’autre coin de la rue pour encaisser sans scrupule leur argent ; une vraie honte, de l’arnaque.

Un CNG incapable de renseigner sur les cachets exacts payés aux lutteurs, mais qui prélève pourtant à tours de bras des montants sur ces derniers par des sanctions aussi bidon les unes que les autres : pénalisation pour cause de retard (à la minute) -  surnombre d’accompagnateurs – avertissements durant le combat… etc. Toutes les charges liées à l’organisation du combat devant être supportées par le Promoteur, par où donc est passé tout cet argent ? Mystère et boule de gomme.

Poussant le bouchon plus loin, le CNG pond sans scrupule une nouvelle source d’entrée : faire payer les journalistes venus couvrir les manifestations. Pas question par le cuisant désaveu venu de l’Autorité de tutelle ; une claque qui sonne ainsi le glas d’une bande de tâtonneurs hermétiquement cloîtrés dans une coquille, refusant toute forme de clarté.

Alors il est grand temps pour Alioune SARR et sa bande de s'en aller !
Dafa doy, bilaay dafa doy

(Malick DIEYE, Prof. d’E.P.S  – E-mail: coudpoing@yahoo.fr - Sicap Karack, DAKAR)






Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Mars 2017 - 11:57 Gouy Gui vs Boye Niang







L'actu de la lutte






Sans titre 14
Sans titre 13
Sans titre 4
Sans titre 3
Sans titre 29
Sans titre 28