Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise

FORZA, PAKALA, L'AN 2000, MOUSSA NDOYE, PAPIS GENERAL, TYSON 2 ET SUPER ETOILE Sept conquérants laissés à quai par les «recruteurs»


Rédigé le Jeudi 4 Juin 2015 à 22:27 | Lu 1761 commentaire(s)



FORZA, PAKALA, L'AN 2000, MOUSSA NDOYE, PAPIS GENERAL, TYSON 2 ET SUPER ETOILE Sept conquérants laissés à quai par les «recruteurs»

 

Il n'y a pas pire ennemi, pour un lutteur, que l'inactivité, pis encore si c'est... faute d'adversaire. Ce supplice, Forza (Fass), Pakala (Mbour Montagne), L'An 2000 (Jap), Moussa Ndoye (Yarakh), Papis Général (Manga 2), Tyson2 (Tay Shinger) et Super Etoile (Lansar) le vivent au quotidien.
 
« Cherche adversaire désespérément »
A l'image des chômeurs et autres sans-emploi, Forza, Pakala, L'An 2000, Moussa Ndoye, Papis Général, Tyson 2 et Super Etoile et certains « cadres » de l'arène à la recherche d'un hypothétique contrat ne devraient avoir aucun scrupule à brandir une pancarte avec cette complainte bien visible. Ces champions broient du noir faute d'adversaire et sont contraints de suivre les galas depuis les tribunes, malgré eux. Ce « sept majeur» est pressenti pour jouer les grands rôles dans l'arène. Forza, Pakala, L'An 2000, Moussa Ndoye, Papis Général, Tyson 2 et Super Etoile suent sang et eau à l'entraînement dans l'attente d'un hypothétique adversaire qui tarde à pointer le bout du nez. Le moins que l'on puisse dire est que la situation que vit ce « sept majeur » ne laisse aucun amateur, féru de lutte, technicien ou simple observateur indifférent.
 
FORZA marque le pas, malgré son immense talent. Battu, respectivement, par Pakala (Mbour Montagne) au stade Lat Dior de Thiès et Jordan (alors à Tay Shinger), l'ancien champion d'Afrique en lutte simple, véritable capitaine courage, paie les frais d'une blessure au genou contractée à quelque jours de son combat contre Pakala. Ce handicap (physique) a, comme qui dirait, porté un coup d'arrêt à la brillante carrière d'un des lieutenants de Gris Bordeaux à Fass.
 
PAKALA est le parfait compagnon ... d'infortune de Forza qu'il a, par ailleurs, déjà battu. Ils ont un dénominateur commun : ils se tournent les pouces au grand dam de leurs nombreux supporters et fans qui piaffent d'impatience de les voir à l'œuvre. Fort de ses neuf victoires en dix sorties, (seul Abdou Diouf l'a battu), ce « lion » de la lutte traîne la réputation d'un punch hors pair. Le mémorable KO infligé à Boy Nar à Mbour, en fait un adversaire redoutable. Aux dernières nouvelles, Pakala serait sous la coupe de la structure Luc Nicolaï and Co qui s'activerait à lui chercher un combat.
 
Autre champion d'Afrique de lutte simple, L'An 2000 (Ecurie Jap) risque une autre année blanche. Depuis sa dernière sortie ponctuée par une victoire face à Bébé Saloum au stade Demba Diop, il y a deux ans, le natif de Joal est confiné, malgré lui, dans le rôle d'accompagnateur et de ... conseiller pour les jeunes lutteurs de son écurie qui compétissent.
 
On peut en dire autant de MOUSSA NDOYE (Yakhar) qui porte sur ses frêles épaules les espoirs de tout un quartier. Véritable orfèvre, au plan technique, ce feu follet a accroché à son tableau de chasse le «scalp » de Sa Cadior 2 de l'Ecole de Lutte Mor Fadam, lors de sa dernière sortie. Cette victoire face au « Maître » de Gouye Gui présageait une saison de feu pour le lutteur de Yarakh. Il n'en a rien été et le face-à-face épique Moussa Ndoye-Sa Thiès n'est pas allé au-delà d'un ardent souhait émis par les amateurs.
 
PAPIS GÉNÉRAL (Ecole de Lutte Manga 2) ne doit ses apparitions dans l'arène qu'à ses prestations qui ont eu le don d'enflammer le public et ses nombreux fans. Ce fils de la Petite Côte (il est né à Fadiouth) ne nourrit aucun complexe vis-à-vis des orfèvres de l'arène dont le registre technique flirte avec l'infiniment parfait.
Ses trois dernières sorties ont été couronnées de succès. Nguer (Jap), Mame Balla (Pikine Mbollo), Sa Cadior 2 (ELMF) et Domou Dialaw (Rufisque) se sont retrouvés... « aphones » (sans expression) face à lui.
 
Natif de Ndayane (département de Mbour) TYSON 2 partage la même aire géographique que Papis Général. Et le même sort, est-on tenté de dire. Le poulain d'Eumeu Sène qui évolue à Tay Shinger est le premier vainqueur de la série Arena Tour initiée par la RDV. Depuis ce sacre, Tyson 2 enfile les victoires. Tay Shinger tient en lui un véritable champion dont le passage en équipe nationale est magnifié par Ambroise Sarr.
 
SUPER ETOILE est-il en panne d'inspiration au point de priver ses nombreux supporters, fans et inconditionnels de nouvelles sonorités (victoires) ? Absent de la scène musicale (arène) depuis bientôt trois ans, ce poulain de Max Mbargane à l'écurie Lansar manque cruellement aux férus de lutte qui rêvent de retrouver ce puncheur hors pair qui figure parmi les « cadres » de son écurie au même tire que Ness et Tidiane Faye. Il ne tient qu'aux promoteurs pour qu'il retrouve l'aire de combat, ne cesse-t-il de répéter. A l'image des six lutteurs cités plus haut, Super Etoile est à la recherche d'un « emploi » lui qui a choisi la lutte comme métier.

Babacar S. FAYE
le TEMOIN n° 195 du 4 juin 2015






Facebook
Twitter