Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise


France, la lutte sénégalaise emballe le festival Plein Sud : Gris Junior et Tapha Junior honorent la lutte


Rédigé le Mardi 15 Avril 2014 à 15:19 | Lu 1890 commentaire(s)


Les deux lutteurs de Fass, Gris Junior et Tapha Junior étaient les stars du Festival Plein Sud et France et la presse a beaucoup apprécié leur présence et leur a consacré un article dans le journal régional, ce matin.



Auteur de l'article : 
Jean-Marc Carment, Journaliste à SO. France
 
Le public est arrivé plutôt timidement au festival Plein Sud, en ce début de samedi après-midi et ce, malgré un programme plutôt alléchant. Vers 16 heures, miracle, l'aire naturelle de combat préparée dans l'enceinte du jardin public pour les lutteurs sénégalais était très copieusement garnie, preuve que ce sport africain, méconnu en France, a suscité beaucoup de curiosité. Les deux lutteurs ne sont d'ailleurs pas passés inaperçus dans le jardin public tant leur carrure de « déménageurs » est imposante.
 
Des professionnels
« Gris-Bordeaux junior » est le nom de combat du premier, qui se nomme en réalité Mame Madoo Dione. Lutteur professionnel à Dakar, il fait partie des dix meilleurs combattants du Sénégal. Son adversaire du jour, Moustapha Sow, a pour nom de combat « Tapha Junior ». Il se dit au pays qu'il serait la relève assurée des meilleurs. La lutte est là-bas un sport traditionnel très populaire.
 
Lutte et boxe à la fois
 
Sport de contact, la lutte intègre aussi la boxe, d'où l'appellation de « lutte avec frappe » qui permet au lutteur de donner des coups en ayant recours au corps au corps pour terrasser son adversaire. Les combats sont précédés de nombreux rituels mystiques, de chants de bravoure censés galvaniser les lutteurs. Devenue sport professionnel, la lutte attire au Sénégal de plus en plus de jeunes adeptes et surtout de spectateurs. Mame Madoo Dione et Moustapha Sow confirment : « la lutte est aussi populaire que le football au Sénégal et les lutteurs perçoivent des salaires souvent plus importants que ceux des footballeurs qui jouent au pays ».
Pour revenir au combat de nos lutteurs, il a été remporté par le maître qui a pris le meilleur sur l'élève, mais rien ne dit que tous deux ont livré le combat du siècle. Le public, quant à lui, a semblé très impressionné et c'était là le but recherché. Quoi de plus beau que de voir deux athlètes combattre et repartir la main dans la main, comme de vrais amis. Le sport pratiqué de cette manière donne envie d'aller au stade.
 
 
 




1.Posté par Xam lamb le 16/04/2014 17:44
Lutteur professionnel à Dakar, il fait partie des dix meilleurs combattants du Sénégal.


lol journaliste bi meune na méww , Gris junior ne fait même partit des 30 meilleurs lutteurs du sénégal






Les plus consultés




Partager ce site


Facebook
Twitter