KAÏRÉ SUR LA SORTIE D’ARMAND NDIAYE : “Le CNG risque gros en me suspendant”


Rédigé le Vendredi 7 Octobre 2011 à 19:01 commentaire(s)


Les dernières sorties de Boy Kaïré ne sont pas du goût du CNG, l’instance dirigeante de la lutte. Une suspension plane même sur la tête du Building Maginot de Soumbédioune. Une situation qui ne l’inquiète point. Mieux, il dit que le CNG risque gros en le suspendant.


KAÏRÉ SUR LA SORTIE D’ARMAND NDIAYE : “Le CNG risque gros en me suspendant”
 
Si le CNG existe, c’est parce qu’il y a la lutte. Et si la lutte existe, c’est parce qu’il y a des lutteurs. Donc, si le CNG existe, c’est grâce à nous. Ils ne devaient pas prendre et adopter ces genres de décisions sans nous joindre à la prise de décision ou nous demander notre avis. Le CNG ne nous respecte pas. Des décisions qui tombent du ciel comme cela, c’est trop.

Désormais nous voulons que certains parmi nous fassent partie des membres du NG pour prendre d bonnes décisions pour les lutteurs. Partout dans le monde, ce sont les anciens sportifs qui dirigent les Fédérations. Que ce soit dans le foot,  le basket ou le karaté. Mais au CNG, ce sont des gens qui ne savent rien de la lutte qui décident pour nous. Leurs décisions sont parfois saugrenues. Et cela risque, à la longue, de provoquer un soulèvement, car nous n’allons pas l’accepter.

Ce sont les lutteurs et leurs marabouts qui dépensent pour les bains mystiques, le CNG n’a rien à faire avec cela. Je ne parle même pas des autres décisions prises. Vraiment, on en a marre du CNG
”, s’était indigné Boy Kaïré, le chef de file de l’écurie Soumbédioune et actuel président de l’Association des Lutteurs en Activité (ALAS). Une sortie pas du tout du goût de l’instance dirigeante de la lutte au Sénégal.

Pour Armand Ndiaye, président de la commission règlements et discipline du CNG, “les attaques de Boy Kaïré sont grotesques. Nul n’a le droit d’attaquer la structure dont il dépend. Le cas échéant, tu peux être mis en cause parce que tu t’attaques à des officiels. On peut le convoquer. S’il ne défère pas, il peut être suspendu jusqu’à comparution”, révélait Armand Ndiaye dans les colonnes de L’Observateur. Une sortie qui n’ébranle point Kaïré. Pour le Building Maginot, la balle est dans le camp du CNG. “
À l’heure où je vous parle, je n’ai pas reçu de convocation du CNG.

En outre, personne ne m’a téléphoné pour discuter avec moi par rapport à mes sorties dans la presse. Il parle de suspension, je leur demande de ne pas entrer dans ce jeu. S’il souhaite la paix qu’il n’essaye pas de me suspendre. Je dis même qu’il risque gros en me suspendant. Nous sommes dans un Etat de droit. Que le CNG sache que je mène une mission et je vais défendre la cause des lutteurs partout où le besoin se fera sentir. Je suis prêt à sacrifier ma carrière de lutteur dans l’arène rien que pour la bonne cause de mes collègues.

En outre, Armand Ndiaye soutient que notre structure n’est pas reconnue par le CNG, qu’il sache que nous sommes reconnus par le ministère de l’Intérieur et que nous avons notre récépissé. Ce qu’Armand Ndiaye doit faire, c’est de rembourser les bons des anciennes gloires durant les années 80 et 90. S’il ne restitue pas cet argent, qu’il sache qu’il répondra de ses actes devant Dieu”,
affirme Boy Kaïré. Et s’il ne craint pas de voir son combat contre Bathie Séras du 25 décembre prochain suspendu, il relativise. “On en est pas encore là. Je suis prêt à discuter avec eux à condition qu’ils me contactent”, conclut Boy Kaïré.
Iba KANE
Source : Sunu Lamb n°1721 du 07 octobre 2011 


Tags : boy kaire, CNG



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Mars 2017 - 11:57 Gouy Gui vs Boye Niang







L'actu de la lutte






Sans titre 14
Sans titre 13
Sans titre 4
Sans titre 3
Sans titre 29
Sans titre 28