L’ŒIL DE ME EL HADJ OMAR YOUM, SPÉCIALISTE EN DROIT DES AFFAIRES, SUR LE PLAFONNEMENT DES CACHETS « Les lutteurs peuvent attaquer les promoteurs… C’est une entente illicite »


Rédigé le Samedi 24 Novembre 2012 à 05:50 commentaire(s)



L’ŒIL DE ME EL HADJ OMAR YOUM, SPÉCIALISTE EN DROIT DES AFFAIRES, SUR LE PLAFONNEMENT DES CACHETS  « Les lutteurs peuvent attaquer les promoteurs… C’est une entente illicite »

« Il existe actuellement un problème entre les promoteurs et les VIP sur le plafonnement des cachets. Cela dénote une grande ignorance de la règlementation qui régit la lutte. Les lutteurs peuvent attaquer les promoteurs devant la commission concurrence. C’est clair ! C’est comme une forme d’imposition des prix, or, l’on est dans un environnement de liberté de prix et de concurrence. Dès l’instant où des concurrents se mettent ensemble pour fixer des barèmes, l’on est en danger.

À entendre les gens se regrouper et déclarer publiquement qu’ils ne paieront plus un tel prix pour un service, ça me fait rire. C’est une violation de la loi. Ils (les promoteurs et les lutteurs) exercent une activité économique. Par conséquent, elle n’est pas en dehors de la règlementation économique.

C’est un commerce, il y a une activité de vente et d’achat. Il est interdit de faire une entente sur le prix, c’est-à-dire se regrouper et décider d’un prix à ne plus dépasser. L’on doit être dans une ambiance de concurrence. Les prix ne doivent pas être faussés par des contrats établis par ceux-là qui les fixent. Ce serait une entente illicite. C’est la liberté de prix contrôlé que l’on veut. Je suis étonné de n’avoir pas entendu le ministère du Commerce se prononcer là-dessus.

La commission concurrence aurait dû intervenir pour dire ‟attention !ˮ et recadrer les choses. Aucune autorité n’a réagi pour dire que la loi l’interdit, alors qu’eux (les promoteurs du Collectif,
 ndlr) font leurs déclarations publiquement accompagnés de leurs avocats. Le monde de la lutte a besoin d’encadrement pour davantage se professionnaliser. L’on vit une époque de règlementation. Des promoteurs qui, publiquement, fixent des tarifs devant le ministère du Commerce qui ne réagit pas, ça devient dangereux. Car l’activité économique est règlementée ».

Rokhaya THIAM
Source : TOUT LE SPORT n°17 du 23 novembre 2012





Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 2 Mars 2017 - 11:57 Gouy Gui vs Boye Niang







L'actu de la lutte






Sans titre 14
Sans titre 13
Sans titre 4
Sans titre 3
Sans titre 29
Sans titre 28