Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise


LAC DE GUIERS 2, ECURIE WALO «Je dois battre Papa Sow à tout prix»


Rédigé le Vendredi 22 Août 2014 à 19:48 | Lu 1438 commentaire(s)



LAC DE GUIERS 2, ECURIE WALO «Je dois battre Papa Sow à tout prix»

 
Lac de Guiers 2 attendra le temps qu'il faudra pour corriger, comme il le dit, Papa Sow. Plus le combat est renvoyé, plus le chef de file de l'écurie Walo aura le temps de mieux se préparer à relever ce défi énorme.
 
LES REPORTS DU COMBAT CONTRE PAPA SOW
«Que voulez-vous que je fasse. Si cela ne dépendait que de moi, ce contentieux allait être vidé depuis belle lurette. Mais si une situation se présente, il faut l'accepter et s'adapter. C’est vrai que c'est difficile financièrement de préparer un combat qui est à chaque fois repoussé, mais ça permet aussi de mieux se préparer.
Le promoteur nous a donné ses raisons. Tout ce que je lui demande, c'est de le tenir en début de saison. Il faut vider ce vieux contentieux et passer à autre chose. On a attendu une saison. Plus ce combat est repoussé, plus ce sera dur pour mon adversaire. Je vais mieux me préparer et j'aurai plus de rage de le battre. Ça ne l'arrange pas. Papa Sow a intérêt à travailler sans relâche s'il veut me contenir. Je m'entraîne comme un forcené. Je ne badine pas avec ce combat Je dois gagner à tout prix pour continuer mon chemin.»
 
CRISE DANS L'ARÈNE ET LES CACHETS ÉLEVÉS
«Jusque-là il n'est pas question de diminuer nos cachets. Nous sommes tombés d'accord sur une somme, j'espère qu'il n'y aura pas d'autres négociations. J'ai lu dans la presse et entendu Gaston Mbengue à la télé dire qu'il ne va pas payer plus de 10 millions à un lutteur. Il a ses raisons. Les lutteurs ont les leurs. II ne peut y avoir de problème. Il suffit de discuter pour se comprendre. Les ténors dépensent plus de 10 millions pour préparer, un combat.
Mais il faut rester optimiste. Tout problème a une solution. Je prie que le promoteur décante sa situation, qu'il puisse organiser mon combat contre Papa Sow en début de saison.»
 
PAPA SOW, UNE PROIE FACILE ?
«Jamais ! Je ne le sous-estime pas. Papa Sow m'a devancé dans l'arène et fait partie des lutteurs qui ont les plus beaux palmarès. C'est un adversaire que je respecte beaucoup. Quand il a démarré sa carrière, j'étais encore footballeur. Notre combat sera très difficile. J'ai envie de boxer avec lui pendant quelques minutes pour lui montrer qui je suis. Je dois gagner ce combat avec la manière pour donner un signal fort à mes prochains adversaires.»
 
ROI DES ARÈNES
«Je suis dans la course pour le titre comme tous les lutteurs. C'est le sommet. Quand mon frère Balla Gaye 2 détenait ce titre, je souhaitais qu'il le garde longtemps. J'ai eu mal quand Balla Gaye 2 a été terrassé. Je ne m'y attendais pas. Mais après tout, ça reste du sport. Balla Gaye 2 est un croyant. II a accepté la volonté divine. Je suis sûr qu'il va tout faire pour récupérer «son» bien. Maintenant, si ce titre est détenu par un autre, rien ne m'empêche d'aller le chercher et le ramener à Guédiawaye.»
 
LE PACTE AVEC BOMBARDIER
«Je me souviens, il y a très longtemps, Bombardier est une fois venu chez moi. A l'époque, je disputais les premiers combats. Bombardier était accompagné de Lac de Guiers 1 et de Mama. Dans la discussion, il (Bombardier) a demandé si je suis de l'écurie Walo ou de l'Ecole de lutte Balla Gaye. On lui a fait savoir que je suis de Walo. C'est ainsi qu'il a dit qu'il ne souhaiterait pas lutter contre moi à cause de son amitié avec mon mentor. Je ne vais pas rompre ce pacte. Bombardier ne sera pas plus digne que moi. Ce n'est pas parce qu'il détient ce que tout le monde veut que je vais violer ce pacte. Mais si un autre que Bombardier, Balla Gaye 2 et Sa Thiès est roi des arènes, j'irai à l'assaut du trône. Que ceux qui rôdent autour du trône se préparent. J'arrive en force.»
 
LE MESSAGE
«Je présente mes condoléances à la famille de l'étudiant Bassirou Faye tué lors d'une manifestation à l'Université Cheikh Anta Diop et à tous les étudiants. Je compatis à leur douleur. Par ailleurs, je demande à l'Etat de régler la situation des étudiants pour éviter que des événements malheureux de ce genre ne se reproduisent.»
IDRISSA SANE
Source : L'OBS n° 3275 du 22 août 2014







Les plus consultés




Partager ce site


Facebook
Twitter