Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise

Les arènes sénégalaises dans les années 50/60 (Archive restaurée en couleur)


Rédigé le Jeudi 14 Mai 2015 à 14:21 | Lu 3219 commentaire(s)


Cette vidéo permettra aux plus jeunes de savoir à quoi ressemblaient les "cars rapides" dans les années 60.







1.Posté par baye doum le 14/05/2015 18:26 (depuis mobile)
No franchement j ai pleure quand j ai vu falay balde c comme si j ai vu ama balde

2.Posté par mbeur galle le 14/05/2015 20:25
Mbeur deugue deugue day am biir am guinaww.li moy vrais mbeur.mbeur day am biir bou reyy

3.Posté par Niokhobaay DIOUF le 15/05/2015 06:54
Une larme.

Que d'émotions quand j'ai vu ce document. Ces images m'ont ramené trente cinq ans en arrière. Revoir le quartier de Fass Delorme, dans lequel j'ai grandi.
Tous les dimanches de combat aux arènes Emile BADIANE, (que je revois ici tels qu'ils étaient en 1975), on se dépêchait de prendre le repas de midi et de filer vers le stadium.
Notre ticket d'entrée? Un bout de chiffon.
Eh oui ! Un bout de chiffon. Pour essuyer les gradins en bois qu'on voit dans le film. Les gamins volontaires qui arrivaient les premiers, munis de ces curieux accessoires, avaient le privilège de voir ces légendes de la lutte sénégalaise que sont les Double Less, Falaye Baldé, mais aussi d'autres qui n'ont pas fait la une des journaux, mais qui étaient tout aussi talentueux.
Et nous arrivions forcément parmi les premiers, puisque nous habitions à moins de deux cent mètres de là. J'ai même revu un bout de notre maison ! Ceux qui n'étaient pas "sélectionnés" avaient l'option de soulever un bout de palissade (sakkèt) et de se glisser discrètement sous les boubous de ces messieurs, sans se faire remarquer bien sûr.
Certains lutteurs diolas (c'était leur fief, comme Adrien Senghor l'est pour les Sérères, ou lambou toucouleur pour les foulfoulbés...) certains lutteurs diolas donc avaient des noms en rapport avec leur prise favorite, comme AVION pour son soulevé-jeté ou SIMPI, ou HELICOPTERE, pour son "Bakk" en imitant le vol de l'hélico, ou encore Gaïndé.
Champions du BLOUF ou du Kassa, le petit admirateur sérère vous salue...

Il fallait souvent disputer les combats en deux séances. Deux victoires à zéro ou une victoire partout.
Ils ont tous défilé sous nos yeux, ces champions d'hier et formateurs d'aujourd'hui, même si beaucoup d'entre eux n'ont pas longtemps ou pas du tout lutté à Emile Badiane.

Entre parenthèses, à l'époque, il n'y avait pas encore l'abus de protéines et de produits anabolisants.
Excusez donc la maigreur spectaculaire des athlètes. Mais qu'est-ce qu'ils étaient teigneux et combatifs !

Merci à M. VIEYRA pour cet élan de partage et pour les souvenirs.
Bonne journée à tous.

4.Posté par Admin Arenebi le 15/05/2015 23:26
Bonjour à tous,

on est content que les images plaisent aux gens. C'est vrai que c'est assez troublant et impressionnant de voir ces lieux qui ont fait les belles heures de la lutte sénégalaise et à quel point les gens étaient sportifs et "normaux" (pas de body building). Dommage qu'il n'y ait pas beaucoup d'images de ce genre, mais elles font plaisir à voir.












Partager ce site

Facebook
Twitter