Arenebi.com : Actualité de la lutte sénégalaise

MBAYE GUÈYE SUR SON GALA DE JEUDI


Rédigé le Mercredi 3 Mai 2017 à 16:04 | Lu 272 commentaire(s)



Mbaye Guèye, qui prépare son gala de lutte traditionnelle sans frappe, jeudi prochain au stadium Iba Mar Diop, revient sur les raisons de la délocalisation de ses 72h de Fass Mbao et lance un appel à tous les acteurs de la lutte pour ce rendez-vous très important.


MBAYE GUÈYE SUR SON GALA DE JEUDI
« Le monde de la lutte y est invité »
 
 
Ceux qui connaissent Mbaye Guèye savent qu'il n'est pas un novice dans l'organisation de galas de lutte sans frappe. Seulement, ses 72h avaient toujours lieu dans son fief à Fass Mbao. Sur les raisons de la délocalisation à Iba Mar, le 1er Tigre de Fass s'explique. « J'ai préféré transférer mes 72h de lutte au stadium Iba Mar Diop. Je me suis rendu compte que, comme le remarquaient certains amateurs, Fass Mbao est quelque peu enclavé. J'ai alors décidé de migrer vers le stadium Iba Mar Diop pour attirer beaucoup plus de monde. Aussi, il y a plus de sécurité à Iba Mar Diop. » Les galas de lutte simple à Iba Mar ont souvent lieu les week-ends. Mais pourquoi alors avoir choisi un jeudi ? « J'ai choisi un jeudi car on m'a dit que les samedis appartiennent à la fédération de handball qui ne les cèdent presque pas. J'en appelle à tous les ténors de la lutte simple afin qu'ils fassent le déplacement. Aussi, je demande à tous les lutteurs de venir. » Quand une icône de la lutte de la trempe de Mbaye Guèye organise une journée, le monde de la lutte va certainement en faire son affaire. D'ailleurs, le promoteur du jour lance un appel à tous les acteurs de l'arène. «Tous ceux qui ont gagné mes tournois sont devenus de grands champions. Les Modou Lô et Balla Gaye 2 sont passés par là. Tous les grands lutteurs y sont invités pour donner leur partition et faire leurs prestations de bakk. Pour les entrées, il faudra casquer 1500 FCFA pour les tribunes, 2000 pour l'annexe-loge et 5000 pour la loge officielle. A l'animation, il y aura Babou Ngom et Mayé Ndeb. »
                                                                                                                                                              Abou NDOUR
Sunu Lamb n° 3390 du 3 mai 2016